L'Aikido Le Style Yoseikan Budo Shihan Augé La FIYB Dojos Accueil Professeurs Evénements Essais Photos [Menu]

Essais
Essais de Patrick Auge Sensei Shihan - Essais de ceintures noires - Autres essais

    Voeux du nouvel an et message du president

    Le 23 décembre 2004

    Chers collègues, chers amis et chers élèves :

    Voici venu le moment de l'année pour réfléchir sur la vie et son but. L'an dernier, j'ai parlé de l'importance d'exposer les enfants à ceux qui avaient un comportement turbulent afin de les aider à développer les qualités qui leur permettront de vivre plus tard avec toutes sortes de gens. Cela fait entièrement partie de l'entraînement du budo. La plupart d'entre nous ne voit que l'aspect physique du budo et notre compréhension ne va pas beaucoup plus loin que cette perception superficielle. Cela explique pourquoi si peu d'élèves persévèrent au-delà de l'aspect technique.

    La majorité des gens est attirée à l'entraînement du budo uniquement par son apparence physique. Lorsqu'on nous demande pourquoi nous étudions le budo, nous sommes souvent incapables de formuler une réponse claire : « J'aime ça. » « C'est amusant. » « C'est bon pour l'esprit.» Nous entendons de vagues déclarations de ce genre, mais aucune ne montre une compréhension profonde. Cela signifie que nous ne savons vraiment pas ce que nous recherchons; nous continuons de répéter incessamment les mêmes rituels tout en poursuivant une paix intérieure qui, elle, ne vient jamais. Ce n'est pas un phénomène particulier à la société occidentale, j'ai fait les mêmes constatations au Japon.

    Notre professeur, Mochizuki Sensei - nous l'appelons Kancho Sensei - insistait sur l'importance de la présence totale d'esprit dans toute activité. Cela signifie que nous devons avoir une idée claire de ce que nous faisons et de sa signification. Kancho Sensei disait souvent que le budo était une méthode d'éducation et non du sport. Pendant mes quelques trente années d'enseignement de la part de Kancho Sensei, d'autres élèves et moi lui posèrent beaucoup de questions. Ses réponses étaient en général très simples, au point de nous surprendre. Mais plus nous y pensions, plus cela nous amenait à une compréhension de plus en plus profonde de notre expérience quotidienne. Cela venait de la philosophie de son enseignement.

    Qui a des fondements solides peut tout découvrir par lui-même.

    Alors un jour, je lui posai la question suivante : « Quel est l'objectif du budo ? »

    Il répondit, « De gérer les difficultés de la vie, n'est-ce pas ? »

    Ses yeux semblaient voir directement à travers moi. Il savait que je luttais contre toutes sortes d'obstacles et que sa réponse serait appropriée à mon état d'esprit du moment. Après plus de vingt ans à méditer sur ma question et sa réponse, je suis enfin arrivé à trouver ma propre définition du budo:

    Le budo est la voie qui nous mène à gérer les difficultés de la vie. D'abord en apprenant à contrôler nos difficultés physiques, nous apprenons à développer les habiletés qui nous enseignent à surpasser l'inconfort physique. L'étape suivante consiste à utiliser la même approche pour gérer l'inconfort mental. C'est là que le lien corps-esprit se fait.

    L'incompréhension de ce lien corps-esprit est le point où la majorité des élèves restent coincés. Ils restent obnubilés par un sens d'insécurité. Peu de gens se sentent à l'aise lorsqu'ils essayent de naviguer dans l'inconnu. La voie qui mène à la compréhension du lien corps-esprit offre peu de lumières et de signaux de direction.

    Nous nous sentons à l'aise surtout avec les vérités qui nous sont révélées par nos sens, vérités qui se doivent d'être concrètes et facilement vérifiables.

    Cela me rappelle une histoire:

    Un instituteur demandait aux élèves de quelles couleurs pouvaient être les pommes et les enfants offrirent les réponses auxquelles on pouvait s'attendre : « Rouges, » « Vertes, » « Jaunes. » Un enfant, lui, répondit : « Blanches. » L'instituteur essaya bien de raisonner l'enfant, mais sans succès. Il commençait à s'impatienter lorsque le jeune élève fit : « coupez une pomme - n'est-elle pas blanche à l'intérieur ? »

    Nous pouvons comprendre la relation corps-esprit de la même manière. Il nous faut trancher à travers nos idées préconçues et explorer de nouvelles possibilités. Cependant, la plupart des gens ont peur de cela car ils craignent de remettre en question les vieilles croyances traditionnelles. Cependant il nous faut faire cette démarche si nous voulons progresser pleinement dans notre étude du budo.

    L'incompréhension du lien corps-esprit est aussi due en partie à l'absence d'une personne pouvant les guider vers la compréhension. Les élèves ont besoin non seulement d'une voie à suivre et d'une communauté de compagnons qui parcourent cette même voie, mais il leur faut aussi un professeur pour leur montrer le chemin. Cependant pour qu'un enseignant soit capable de guider et de conduire ses élèves, il doit d'abord se préparer lui-même et développer certaines qualités intérieures. Après tout, on ne peut partager que ce que l'on possède.

    Veuillez réfléchir à ces pensées pour votre nouvelle année d'entraînement. Voici aussi un message pour l'an prochain :

    La prochaine AikiExpo se tiendra à Los Angeles à l'Université Cal State à Dominguez Hills, du 27 au 29 mai 2005. C'est un évènement mondial qui rassemblera des professeurs de niveau supérieur venant du Japon, de l'Amérique du Nord et d'Europe. Je suis invité à participer et à enseigner parmi les professeurs principaux. Cette fois-ci, étant donné que cela se passera ici, j'ai l'intention d'impliquer les enfants dans la démonstration. Ils semblent tout à fait enthousiastes à cette idée. Cela va aussi leur donner un objectif à court terme et une chance d'améliorer leur concentration.

    Je n'ai pas encore sélectionné les participants, mais je désire que tous les enfants contribuent à la préparation. La sélection se fera d'après les progrès, la présence et la bonne conduite. Nous représentons le Yoseikan du Japon et nous avons le devoir de refléter l'enseignement de Mochizuki Sensei.

    Les démonstrations seront filmées et distribuées dans tout le monde par Aikido Journal. Je suis certain que plusieurs de ces enfants continueront ce budo et que ces films deviendront pour eux des documents historiques.

    De plus amples informations suivront plus tard. Pour le moment, veuillez vous reporter à « aikidojournal.com » où vous pourrez trouver d'autres renseignements. C'est un site magnifique.

    Je voudrais terminer ce message en vous remerciant de votre confiance et de votre support continus. Veuillez, vous et tous ceux que vous aimez, recevoir mes vœux de bonheur et de santé pour le Nouvel An. Au plaisir pour moi, de vous revoir et de vous enseigner en 2005.


    Patrick Augé Sensei



Accueil Carte du Site Foire aux Questions Aikido Journal Ecrivez-nous Autres Sites [Menu]


Mis à jour le 2006-03-08 / Copyright FIYB 2000-2017 Tous Droits Réservés | Version Anglaise